Petite écologie de la Malaisie

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 23 janvier 2017

Voyage à la source des écologistes de Java

Reportage paru dans le numéro 116 de L’Âge de faire en février 2017.


C’est dans un pick-up que nous quittons Wringinanom, où se trouvent les locaux de l’association écologiste Ecoton, pour rejoindre les hautes terres de Wonosalam, à l’Est de Java, en Indonésie. À moitié biologiste de terrain et à moitié organisateur communautaire, Amir est au volant. C’est lui qui coordonne depuis 2010 un programme de réhabilitation de la forêt mené avec les habitant·es du district. Il a vécu sur place pendant deux ans lors de la mise en place du programme et aujourd’hui il est accompagné par Riska, biologiste elle aussi, par Afrianto, un bénévole de l’association, et par Heri, dont les photos illustrent ce reportage. Tout le monde a hâte de rejoindre la fraîcheur des hautes terres. Pour les biologistes, il s’agit d’améliorer la qualité des eaux des cinq rivières qui dévalent de ces montagnes. Les habitant·es, pour leur part, cherchent des activités durables pour faire vivre leur district.

Lire la suite...

Luttes environnementales en Malaisie et Indonésie

Ce vendredi "La voix sans maître" sur Radio Campus Lille s'intéresse aux luttes environnementales en Malaisie et Indonésie avec la présentation de trois de ses reportages dans la région. Cette émission est écoutable en cliquant ICI. Le morceau de Superman Is Dead débute à 10'17 et la discussion à 14'25.

Lire la suite...

vendredi 23 décembre 2016

Le village de Lakarwodo résiste en cartes

C’est en secret que les villageois de Lakardowo, à Java Est, se rendaient à dix kilomètres de là dans les locaux de l’ONG Ecoton, une association de défense de l’environnement. « Les femmes, lors de leurs premières formations sur les déchets toxiques ou sur les régulations environnementales, mentaient à leur famille et à leur voisins quand elles venaient ici. Les hommes attendaient 22 h pour que personne ne les voie. » Riska se souvient de leurs premiers contacts avec l’équipe de biologistes militants dont elle est la benjamine. Depuis quelques mois, elle a le plaisir de voir les villageois venir de jour et toujours plus nombreux, entassés sur le plateau d’un pick-up, pour élaborer avec l’ONG des réponses à ce que vit le village depuis six ans.

En 2010 une usine de traitement de déchets toxiques, PT PRIA (Putra Restu Ibu Abadi), s’installe sur la commune, se présentant aux autorités du village comme une usine de briques et de papier recyclé. Il faut du temps, des lanceurs d’alerte et des malades pour comprendre que les briques en question ne sont que l’une des formes sous lesquelles l’usine se débarrasse de déchets toxiques..

La suite sur le site visionscarto.net.